Les SAINDON

Les ancêtres

Tous les Saindon d'Amérique du Nord sont des descendants de Michel Saindon, notaire royal et Marie-Yves Godin dit Bellefontaine, acadienne. On estime leur nombre à plus de 7500 au Canada et aux États-Unis.

Origine en France

Michel a été baptisé le 2 décembre 1715 à Bains-sur-Oust à quelques km de Redon en Bretagne.

Émigration en Acadie

Vers 1736, il émigra en Acadie et devint clerc du notaire Alexandre Bourg. Peu de temps après il maria Marie-Yves Godin dit Bellefontaine, fille de Gabriel et Angélique Jeannes. Il s'installa en amont de Ste-Anne-des-Pays-Bas, aujourd'hui Fredericton, Nouveau-Brunswick, sur la Rivière St-Jean. Il gérait le domaine de son beau-père Gabriel décédé peu de temps avant et fut nommé arpenteur par l'Intendant Bigot en 1751. 

Fuite vers le Québec

L'Angleterre voulant établir les colons anglais de la Nouvelle-Angleterre sur les terres fertiles des Acadiens, déporta ces derniers à partir de 1755. À cause de leur éloignement de la baie de Fundy, les acadiens de la Rivières St-Jean furent peu importunés jusqu'en 1759 où le lieutenent Hazen massacra le village de Ste-Anne-des-Pays-Bas. Ils survécurent tant bien que mal grâce à l'aide des indiens Malécites mais les anglais revinrent et brûlèrent leur récoltes. 

En 1764, Michel Saindon et un groupe d'Acadiens s'enfuirent vers le Québec par la route qu'on appelle actuellement "Le Grand Portage" qui arrive près de Rivière-du-Loup.

Pionnier de Cacouna,  Notaire royal et bailli

En 1765, il fit l'acquisition du premier lot à défricher dans le région de ce qui deviendra Cacouna en faisant l'un des pionniers. Un hommage lui fut rendu par la Municpalité de Cacouna en 2015. 

Grâce à son expérience auprès du notaire Bourg en Acadie, il fut nommé notaire royal et bailli par le gouverneur Carleton après examen par trois notaires. Il rédigea plus de 600 actes jusqu'à sa mort le 1er octobre 1780 à l'âge de 62 ans. Il est enseveli au "Berceau de Kamouraska", lieu de sépulture des pionniers de la région.

Descendance

Michel et Marie-Yves eurent huit enfants : 4 filles, Marie, Françoise, Angélique et Ursule : 4 garçons, Pierre, Louis, Charles et Jean 

Dispersion et émigration

Après s'être établis à Cacouna, les Saindon s'installèrent aussi dans les villages avoisinants comme St-Arsène et St-Modeste.
Vers 1875, parce que les terres subdivisées maintes fois ne suffisaient plus à faire vivre une famille et aussi à cause de la révolution industrielle, certains déménagèrent vers les grandes villes et d'autres régions du Québec comme l'Abitibi et les Laurentides. Certains s'établirent au Manitoba et d'autres aux États-Unis, en Illinois et au Kansas notamment.